Mon compte | Adresses utiles
entête
Lancement de l’opération «Marhaba 2015» aujourd’huiHausse impalpable des recettes des MRE à fin janvier 2013ENTREPRENEURIAT UN PROGRAMME CIBLE LES MREالأزمة أثرت على أوضاع المهاجرين Les Marocains de l’étranger transfèrent plus d’argent au Maroc en 2012 L'invité(e) de RME consultant : M. Anis Birrou Ministre Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la MigrationLivre coup de cœur : L'Arabe, d'Antoine Audouard
FR MA

Jeudi 17 septembre 2009 Espagne : La crise freine les recrutements à l'origine

La crise économique et financière dans laquelle se trouve empêtrée l'Espagne a freiné à sec non seulement les recrutements à l'origine mais aussi l'arrivée des immigrés clandestins et les regroupements familiaux, affirme le journal "El Pais" dans sa version électronique.


Parmi les secteurs ayant été fortement touchés par la crise, celui du recrutement à l'origine. Selon El Pais, jusqu'au 30 juin dernier, les recrutements à l'origine ont été 15 fois inférieurs à ceux réalisés en 2008. Si durant l'année dernière, un total de 179.323 étrangers ont été recrutés à l'origine, cette année et jusqu'à fin juin dernier, ils n'étaient plus que 11.991 contrats.

 

En 2009, seuls 8 contrats de moins d'un an ont été signés contre 1.380 pour l'ensemble de 2008. Les contrats réalisés par les grandes entreprises ont eux aussi accusé une chute libre avec 10.416 contrats en 2009 contre l36.604 en 2008. Quant aux contrats temporaires, ils ne sont plus que 1.567 en 2009 contre 41.339 une année auparavant, selon le journal.

 

Dans un article d'analyse sur les effets de la crise sur l'Immigration en Espagne, El Pais relève qu'"il y a des années, l'Espagne était l'Eldorado. Aujourd'hui rares sont ceux qui viennent et beaucoup pensent à s'en aller.

 

Tous les indicateurs sur l'immigration arrivent à la même conclusion : cela ne vaut pas la peine de laisser son pays pour aller dans un autre en crise", relève le journal.

 

"Les récents chiffres révèlent d'un cô té une diminution de l'arrivée des Patéras avec 40 pc en moins durant les sept premiers mois de 2009, une baisse du regroupement familial, une réduction des recrutements à l'origine et d'un autre cô té, une augmentation des retours vers les pays d'origine", souligne El Pais qui explique que plusieurs familles immigrées ont préféré envoyer leurs enfants au pays natal devant l'impossibilité de pouvoir subvenir à leur besoin. Il avance comme preuve les inscriptions scolaires des étrangers avec 50 pc en moins par rapport à l'année 2008-2009.

 

Les regroupements familiaux, que le Parti Populaire (PP) veut encore endurcir en exigeant une réforme totale de la Loi sur les Etrangers qui doit être débattue aujourd'hui par le Congrès espagnol, ne sont pas en reste puisqu'ils accusent aussi une diminution face à l'impossibilité pour certains chefs de famille au chô mage de faire venir en Espagne leurs enfants laissés au pays.

 

Selon le journal, plusieurs immigrés ont préféré retourner dans leur pays d'origine, en attendant des jours meilleurs, mais sans opter pour le plan Retour Volontaire du Gouvernement qui les oblige à renoncer à leur carte de séjour en Espagne.

 

C'est le cas des Marocains par exemple. "Il s'agit d'un retour temporaire mais non pas définitif. L'Espagne leur a donné du travail et ils espèrent qu'elle leur redonnera encore davantage (lorsque les choses vont s'améliorer), mais ils ne sont pas disposés à renoncer à leur carte de séjour, c'est pour cela qu'ils n'ont pas opé pour le Plan du retour volontaire", affirme au journal Kamal Rahmouni, président de l'association des travailleurs et immigrés Marocains en Espagne (Atime).

 

 

Source : MAP, le 17/09/2009.

 

Retour


Acceuil | Traduction | Procédure des RME au Maroc | Nos prestations pour les RME | Actualités | Contact | Partenaires

Copyright © 2008-2020. Tous droits réservés