Mon compte | Adresses utiles
entête
Lancement de l’opération «Marhaba 2015» aujourd’huiHausse impalpable des recettes des MRE à fin janvier 2013ENTREPRENEURIAT UN PROGRAMME CIBLE LES MREالأزمة أثرت على أوضاع المهاجرين Les Marocains de l’étranger transfèrent plus d’argent au Maroc en 2012 L'invité(e) de RME consultant : M. Anis Birrou Ministre Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la MigrationLivre coup de cœur : L'Arabe, d'Antoine Audouard
FR MA

Mardi 11 août 2009 RME et co-développement au Maroc

Une nouvelle stratégie visant l'optimisation de la contribution des RME au développement économique et social du Maroc vient d'être lancée lundi dernier à Rabat. En effet, le coup d'envoi de cette stratégie a été donnée par le ministre Mohammed Ameur lors du premier Forum international des associations des Marocains résidant à l'étranger tenu à l'occasion de la célébration de la journée nationale de la communauté marocaine résidant à l'étranger.
 


Le nouveau programme dont l'un des axes prioritaires est l'amélioration des capacités des associations, traite aussi du volet relatif à «la contribution agissante de ces associations dans la mobilisation des ressources et compétences marocaines issues d'immigration». Selon le ministre, l'élaboration de ce programme s'est basée sur une approche participative. Plus de 25 réunions ont été organisées par des experts en action associative au niveau de 6 pays dans une première étape. La nouvelle stratégie permettra donc de capitaliser les bonnes expériences et de renforcer l'efficience des associations des Marocaines du monde vu le rôle qu'elles sont appelées à jouer dans le développement local.

 

«Ces associations ont déjà contribué à résoudre un certain nombre de problèmes sociaux et de développement local en ne comptant, dans la majorité du temps, que sur leurs propres ressources. Nous devrons donc reconnaître qu'elles ont rencontré plusieurs contraintes et difficultés qui ont limité la portée de leurs interventions et diminué le niveau de leur efficience», indique M. Ameur. Selon le ministre, le paysage associatif des Marocains résidant à l'Etranger compte plus de 2 500 associations. La plupart œuvre dans la réalisation d'activités culturelles et sportives au profit des Marocains de l'étranger et la défense des intérêts du Maroc dans le pays d'accueil.

 

Mais malgré la capacité non négligeable de gestion de projets de développement de ces associations, leur travail est parfois handicapé par l'insuffisance de l'ancrage social, le faible niveau de collaboration avec d'autres associations et la politique limitée des ressources humaines. D'où l'importance de ce nouveau programme d'amélioration des capacités de ces ONG. Pour sa part, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani a affirmé qu'il faudrait désormais instaurer de nouvelles «inputs» en offrant des facilités financières au niveau des transferts d'argent effectués par les MRE, et des facilités au niveau de l'investissement tout en permettant à la communauté marocaine de bénéficier des crédits immobiliers et d'investissement.

 

 

Driss El Yazami, président du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger, a appelé pour sa part à une coordination avisée entre les différents acteurs pour que «les efforts soient menés de concert avec les besoins réels du pays et avec les moyens nécessaires pour les réussir». Par ailleurs, cette rencontre était également une occasion pour présenter le rapport de diagnostic de l'étude « Initiatives des MRE et co-développement au Maroc» réalisée en juillet 2009 par le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger. Coordonnée par une équipe de chercheurs marocains et espagnols, l'étude, qui s'est basée sur un fonds documentaire, s'est appuyée également sur des entretiens avec des organismes marocains et internationaux, des ONG étrangères et des associations locales. Ainsi, les entretiens réalisés avec les acteurs institutionnels et sociaux ont démontré les points faibles du processus du co-développement au Maroc.

 

Il s'agit notamment de l'absence d'une stratégie politique claire destinée à promouvoir le secteur de co-développement, la limitation du champ du secteur de co-développement au seul transfert d'argent, l'absence de communication entre les associations des Marocains résidant à l'étranger et les associations basées au Maroc. L'étude relève également la précarité de certaines associations des MRE et l'absence d'évaluation des expériences réalisées dans le cadre du co-développement. Enfin, l'étude formule des recommandations. Il s'agit notamment d'appuyer le travail des associations de développement local déjà existantes au Maroc et les associations et ONG des Marocains résidant à l'étranger qui œuvrent dans le domaine du co-développement. L'enquête recommande aussi de soutenir et de renforcer le tissu associatif des immigrants à l'étranger et d'identifier les principales difficultés auxquelles font face les migrants et les associations dans la mise en œuvre de projets collectifs ou d'initiatives individuelles.

 

------------------------------------------------------------------

 

Rôle d'intermédiaire

 

Selon l'étude publiée par le département de Mohammed Ameur, le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger pourrait jouer un rôle d'intermédiaire dans la réalisation de projets de co-développement en encourageant et en orientant les associations d'immigrants et les associations locales. Le département pourrait aussi octroyer un appui financier à travers un fonds créé pour la réalisation d'actions dans lesquelles participent des associations d'immigrants avec des apports propres. Il pourra, en outre, maintenir un contact fluide entre les associations d'immigrants en les informant de tout type d'initiative en matière de développement et organiser des rencontres en relation avec cette matière tant au Maroc que dans différents pays européens.

   

  

   

Source : Le MATIN, Yousra Amrani, le 10/08/2009.

 

Retour


Acceuil | Traduction | Procédure des RME au Maroc | Nos prestations pour les RME | Actualités | Contact | Partenaires

Copyright © 2008-2019. Tous droits réservés