Mon compte | Adresses utiles
entête
Lancement de l’opération «Marhaba 2015» aujourd’huiHausse impalpable des recettes des MRE à fin janvier 2013ENTREPRENEURIAT UN PROGRAMME CIBLE LES MREالأزمة أثرت على أوضاع المهاجرين Les Marocains de l’étranger transfèrent plus d’argent au Maroc en 2012 L'invité(e) de RME consultant : M. Anis Birrou Ministre Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la MigrationLivre coup de cœur : L'Arabe, d'Antoine Audouard
FR MA

Lundi 10 août 2009 Les RME, des acteurs agissants dans le processus de développement du Maroc

Le ministre délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a mis en avant, samedi à Casablanca, le rôle fondamental des expatriés marocains dans le développement du pays.


Intervenant en ouverture d'un séminaire sur le thème ''Migrations marocaines, enjeux et perspectives'', organisé à l'initiative de l'association Al Wasl basée en France, en partenariat avec son département et le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), le ministre a indiqué que le rôle que jouent les MRE mérite une reconnaissance conséquente et davantage d'égards en leur faveur.

 

Il a, à ce propos, souligné que toute politique en matière de gestion de l'immigration se doit de répondre à un nombre de défis, cinq au total, à commencer, a-t-il dit, par la conciliation entre l'intégration des MRE dans les pays d'accueil et la préservation du cordon ombilical qui les lient à leur pays.

 

Il s'agit, en deuxième lieu, de créer les conditions favorables à l'investissement en faveur des MRE, surtout dans les secteurs de l'agriculture, l'Offshoring et le tourisme, qui attirent le plus la nouvelle génération, a affirmé le ministre avant d'ajouter que cette politique se doit aussi, en troisième lieu, de réfléchir sur les moyens de tirer profit des immenses compétences et potentialités accumulées par les MRE dans leur labeur et parcours à l'étranger.

 

En quatrième lieu, le ministre a insisté sur le devoir des MRE d'œuvrer au resserrement des relations entre le Maroc et les pays d'accueil, une sorte de diplomatie parallèle, a-t-il souligné, avant d'évoquer le cinquième défi relatif à la réflexion sur un concept qui permet aux MRE de participer à la vie politique dans leur pays d'origine.

 

Les autres intervenants à ce séminaire organisé aussi en partenariat avec le quotidien Al Itihad Al Ichtiraki et d'associations de migrants marocains à l'étranger, ont, tour à tour, jeté des éclairages sur les différentes politiques en matière d'immigration en vigueur dans les pays européens qui accueillent plus de 20 millions d'immigrés, toutes nationalités confondues.

 

Ils ont aussi évoqué la nouvelle donne posée par la vague des immigrés en provenance des pays de l'ancienne Europe de l'Est, qui a poussé les pays européens d'accueil à durcir leurs politiques et à opter pour une immigration sélective avec en premier l'exigence de la qualification et de la compétence pour les prétendants à la précieuse et très convoitée carte de séjour.

 

Ils ont également fait état des enjeux actuels et les défis futurs engendrés par les migrations marocaines, des enjeux qui subissent des modifications majeures dans la conjoncture actuelle marquée par la récession mondiale avec ses conséquences directes sur le volume des transferts et un impact négatif aux niveaux macro et micro-économiques.

 

Face à cette nouvelle donne, les intervenants, tout en jugeant nécessaires les mesures et mécanismes d'accompagnement pour faire face à la crise, ont cependant estimé qu'il ne s'agit pas de figer le débat uniquement sur ce nécessaire accompagnement, puisque cette démarche, ont-ils soutenu, risque de reproduire le schéma classique qui réduit les Marocains du monde à cette dimension économique fortement réductrice de leur valeur ajoutée en tant que citoyens à part entière.

 

Et de plaider pour la recherche de nouvelles pistes et d'actions dans les années à venir face aux mutations actuelles du phénomène de l'immigration et aussi face à un monde en perpétuel chamboulement, appelant notamment à axer la réflexion sur la nature des nouveaux migrants, l'évolution des sociétés d'accueil et la portée des politiques publiques mises en œuvre, autant de nouvelles réalités, ont-ils souligné, qui font apparaître de nouveaux défis sur les plans économique, scientifique, social, politique ou encore éducatif.

 

D'où pour eux, l'importance de ce séminaire qui a permis de dégager les axes d'une réflexion novatrice associant les acteurs de terrain, les chercheurs et les décideurs politiques.

 

 

Source : MAP, le 08/08/2009.

 

Retour


Acceuil | Traduction | Procédure des RME au Maroc | Nos prestations pour les RME | Actualités | Contact | Partenaires

Copyright © 2008-2021. Tous droits réservés